En juillet de chaque année, le festival du polar se déroule Quai d’Aiguillon à Concarneau.
Chaque année un thème différent est choisi, l’occasion de découvrir de nouveaux auteurs et de nouveaux horizons.
Le 24e festival du Chien Jaune se tiendra du vendredi 20 au dimanche 24 juillet 2018, Quai d’Aiguillon à Concarneau sur le thème du jeu.


    L'actu du Chien Jaune :


  • Le Chien jaune vous dit merci

  • Concours d’histoires courtes : les résultats !
    Pour sa première édition en format cours, le concours d’écriture du Chien jaune a récolté des histoires de grande qualité. Les membres du jury et son président Pierre Pouchairet d’ailleurs saluent le bon niveau des textes reçus cette année et tiennent à féliciter tous les participants. Dans tout concours qui se respecte, il y a des gagnants. Nous vous proposons de découvrir leurs textes en cliquant sur (...)

  • Alliez shopping et littérature avec la Quinzaine du Noir !
    Rendez-vous dans les boutiques de l’Union des Commerçants Concarnois porteuses du visuel de l’opération La Quinzaine du Noir pour retrouver les polars qui se sont échappés de la bibliothèque du Chien jaune. Complètez votre bulletin et déposez-le dans l’urne sous le chapiteau du Festival du Chien jaune à partir du vendredi 21 juillet à 10 h jusqu’au dimanche 23 juillet à 10 h. Le tirage au sort aura (...)

  • Soirée Courts-métrages avec SNCF et Cinéville
    Rendez-vous jeudi 20 juillet à 20h30 au Cinéville de Concarneau pour une virée au cœur du polar avec les 8 films de la sélection Prix SNCF du polar 2017. Verre de l’amitié offert par le Chien jaune. Retirez votre place gratuite dès maintenant au Cinéville de Concarneau. (Dans la limite des places disponibles.)

  • Le Chien jaune part en livre !
    Partir en livre, la grande fête du livre pour la jeunesse, est une manifestation nationale, gratuite, populaire et festive, qui souhaite que le livre sorte de ses lieux habituels pour aller à la rencontre des enfants et des jeunes pour leur transmettre le plaisir de lire. Le programme de Partir en livre se décline en diverses initiatives originales et variées rendues possibles grâce à une (...)

    L'actu du polar :


  • Code(s) polar : un documentaire immanquable sur Arte-tv

    Arte diffuse à nouveau Code(s) polar, un documentaire en trois parties de Jean-Marie Nizan et Stéphane Bergouhnioux qui donne la parole aux plus talentueux auteurs du genre.
    Si vous l’aviez manqué, direction arte-tv.fr

    « Qui ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Une immersion en trois volets au coeur de l’univers sombre et fascinant du polar afin de décrypter tous ses mécanismes. Premier épisode : enquête sur les trois figures emblématiques d’une bonne intrigue à l’aide des témoignages de nombreux créateurs contemporains.
    Depuis 1841 et Double assassinat dans la rue Morgue, d’Edgar Allan Poe, qui a marqué la naissance du genre, le succès du polar ne s’est jamais démenti. Aujourd’hui, un roman publié sur quatre est un “noir”, un “thriller” ou un “policier”. Les codes du polar se déclinent sur tous les supports, du jeu vidéo à la bande dessinée, sans parler des innombrables adaptations au cinéma. Mais comment sont-ils devenus populaires au point de constituer une langue universelle, compréhensible par tous ? Pourquoi le polar, ce condensé sombre et spectaculaire de la société qui le génère, fascine-t-il autant public et artistes, qui trouvent en lui une source inépuisable d’histoires fortes ? »



  • Deux nouveaux polars aux éditions Bragelonne

    Deux nouveaux polars des éditions Bragelonne :

    Nicolas Jaillet « La « maison », Milady thriller.
    A cet instant, une graine est en train de germer dans le ventre de ma mère. Une graine qui lui permettra de tenir ; de résister à la vie qui l’attend. Cette graine, c’est sa décision. En robe blanche, son bouquet à la main, Martine sait qu’elle n’aimera jamais Jean. Au fond, c’est un soulagement. Car elle a un projet.
    Pendant des années, elle survit à son quotidien, banal et terrible, aux côtés de son mari violent. En silence, en secret, avec une audace et une obstination extraordinaires, elle prépare son évasion.

    Laurent Malot, « L’abbaye » « blanche », Bragelonne thriller.
    Meurtres, famille et conspiration : une recette de la manipulation.
    A Nantua, dans le Jura, Mathieu Gange élève seul sa fille de six ans. Sa femme a disparu depuis plusieurs mois sans donner d’explication. Flic intègre, il fait ce qu’il peut pour assurer sa mission, quand soudain la violence s’abat sur ce coin du monde où il ne se passe jamais rien.
    Deux hommes sans lien apparent sont assassinés coup sur coup, puis on retrouve un cadavre mutilé dans la forêt. A mesure qu’il démêle les fils, Gange est entraîné dans une enquête dont les enjeux le dépassent. Notables véreux, secte, affaire d’Etat : le cocktail est explosif. Mais Gange ne peut pas renoncer. La disparition de sa femme n’est peut-être pas innocente ...
    http://www.bragelonne.fr/



  • L’opus 29 de Firmin Le Bourhis

    Firmin Le Bourhis, « Dernier vol Sarlat-Dinan », 29e titre, Palémon éditions

    Le lieutenant Phil Bozzi et le capitaine François Le Duigou sont cette fois détachés au commissariat de Saint-Brieuc. Une mort suspecte va les conduire à Dinan et Dinard, cadre on ne peut plus idyllique...
    Pour les besoins de l’enquête, ils vont devoir se rendre rapidement à Sarlat dans le Périgord Noir, dont la gastronomie n’est pas pour déplaire à François qui appréciera truffes, foie gras, pommes de terre sarladaises sautées à la graisse d’oie...
    L’affaire se complique et leurs investigations vont les pousser jusqu’à Bordeaux, alors que l’épidémie de grippe aviaire sévissant sur la Dordogne fait rage...



  • Dernière escale de Sandra Martineau

    Editions Lajouanie, avril 2016

    Richard, ex-footballeur pro dont la carrière a pris fin après de multiples scandales, embarque avec femme et enfants sur le Cruise Constantino pour une croisière d’une semaine. C’est le voyage de la dernière chance pour renouer avec son épouse de plus en plus distante, renouer avec son fils, un ado grincheux et profiter enfin de la petite dernière, seul membre de la famille bien disposée à son égard.

    L’ex-star du Barça, encore auréolée de son prestige, est accueillie en VIP. Les passagères lui font les yeux doux, un journaliste le poursuit pour tenter de décrocher un ou deux scoops, le commandant le reçoit, la voyante du bord l’intrigue… Bref, la croisière ne demande qu’à s’amuser, mais l’ex-joueur, obnubilé par le souvenir de l’enlèvement de sa sœur, n’a qu’une obsession, sur-protéger sa très jeune fille, proie idéale selon lui pour les prédateurs de tout poils gravitant dans les coursives.

    Quand un détective, interloqué par ses agissements paranoïaques et ses réactions incohérentes vient proposer ses services à ce père anxieux, l’angoisse va croissante. Chaque escale apportant par ailleurs son lot d’événements plus inquiétants les uns que les autres.

    Le paquebot débarquera-t-il autant de passagers qu’il en a embarqué  ?



  • Résilience de Yannick Monget

    Éditions de la Martinière, février 2016

    100 jours avant l’effondrement. A Paris, en Chine, de curieux incidents se produisent à proximité de réacteurs nucléaires. Un virus informatique (inspiré d’une histoire vraie) semble avoir réussi à prendre le contrôle de nombreuses centrales. Les services du renseignement français se mettent en alerte pour déjouer la plus grande menace jamais affrontée. 2 ans après l’effondrement. En Antarctique, des survivants s’organisent dans des bases de haute technologie abritant un écosystème reconstitué. La surface du globe est ravagée par la radioactivité et les menaces de résurgence du virus noir, qui a décimé la plus grande partie de l’humanité. Extrêmement documenté, ce thriller très contemporain, aux accents de blockbuster américain, alterne les chapitres avant et après la catastrophe, dans un enchaînement implacable. L’auteur s’appuie sur de fortes convictions écologistes et anti-nucléaires et parsème son livre de références à de véritables incidents, comme le virus stuxnet conçu en 2010 par les Etats-Unis (NSA) pour prendre le contrôle des centrales iraniennes. Entre jeux de lobbies, dessous du nucléaire civil et pressions politiques, cette course contre la montre décrit un univers où l’irresponsabilité n’a d’égal que l’aveuglement de ceux qui menacent le destin de la planète tout entière.



  • Rural noir de Benoît Minville

    Éditions Gallimard, février 2016

    Ados, Romain, Vlad, Julie et Christophe étaient inséparables, ils foulaient leur cambrousse dans l’insouciance.
    Tout a changé cet été-là. Un drame, la fin de l’innocence.
    Après dix ans d’absence, Romain revient dans sa Nièvre désertée, chamboulée par la crise, et découvre les différents chemins empruntés par ses amis.
    Oscillant entre souvenirs de jeunesse tendres ou douloureux et plongée nerveuse dans une réalité sombre, Rural noir est la peinture d’une certaine campagne française. Un roman noir à la fois cruel et violent, mais aussi tendre et lumineux ; évoquant la culpabilité, l’amitié et la famille.
    Dans la tradition du country noir américain, territoirs ruraux et laissés-pour-compte côtoient ceux dont on parle peu au milieu d’une nature « préservée » – ou en friche.



  • Affaire Dominici, la contre-enquête de Jean-Louis Vincent

    Éditions Vendémiaire, février 2016

    Lurs, Alpes de Haute-Provence. Au matin du 5 août 1952, sur le bord de la nationale 96, découverte macabre : Jack Drummond, sa femme Anne et leur fille Elizabeth, 10 ans, une famille de touristes anglais qui s’étaient arrêtés pour camper, ont été sauvagement assassinés.
    Très vite, l’enquête s’oriente vers les Dominici, une famille de paysans habitant tout près des lieux du crime. Mais, très vite aussi, elle s’enlise : si Gustave et Clovis dénoncent leur père Gaston, celui-ci nie farouchement, formule des aveux invraisemblables et accuse à son tour Gustave. L’affaire est complexe : la police piétine ; la presse se déchaîne. Mensonges, contradictions, révélations tardives… Et aucun élément matériel, si ce n’est l’arme du crime, une carabine Rock-Ola, qui ne dévoilera jamais tous ses secrets. Le patriarche sera finalement condamné à mort en 1954, avant d’être gracié. Aujourd’hui encore, le mystère demeure.
    _nIl semble que tout ait été dit sur l’affaire Dominici, jusqu’aux hypothèses les plus farfelues. Jean-Louis Vincent, commissaire divisionnaire en retraite, rouvre pourtant ce dossier sensible, après quinze ans d’une contre-enquête minutieuse. Point ici de vision romanesque : sa lecture laisse entrevoir une bien sombre vérité…



  • Zigomar Tome 2 « le rayon vert » de Léon Sazie

    Éditions moutons électriques, février 2016

    Le tout Paris est en effervescence, la Une des journaux est dans toutes les têtes, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre : on a assassiné le banquier Montreil ! Montreil ! L’un des acteurs les plus éminents de la haute société parisienne.

    Devant le drame, c’est Paulin Broquet, l’estimé agent de la Sûreté, qui prend l’enquête en mains. Mais il est des questions dont nul ne voudrait avoir la réponse. Car ce matin n’est pas qu’un sordide fait divers, c’est un commencement. C’est l’instant où le mal étire ses ailes, le moment où Zigomar, le maître invisible, sort de l’ombre et dévoile au grand jour son génie criminel. Et des hôtels particuliers les plus huppés aux égouts de la capitale, nul ne sera à l’abri. Car ce sont la mort et la maladie qui marchent sur les pas de Zigomar.

    C’est une parution importante que ce Zigomar de Léon Sazie (1862-1939). Une erreur corrigée, pourrait-on dire. Le génie du mal, qui précédera le Fantômas de Souvestre et Allain de quelques mois, fit frémir les lecteurs 164 épisodes durant dans le journal Le Matin en 1910. Jamais réédité depuis la première moitié du vingtième siècle, c’est une portion importante de la littérature populaire qui est remise à sa juste place : à la disposition des lecteurs.



  • Le nom du père de Sébastien Meier

    Éditions Zoé, février 2016

    Paul Bréguet, ancien inspecteur de police, sort de prison après plus de deux ans de détention. Avec l’aide de la séduisante procureure Emilie Rosetti, l’ex-flic torturé décide d’élucider le mystère qui entoure la mort étrange de son amant Romain Baptiste. Réseaux de prostitution, évasion fiscale et corruption vont donner du fil à retordre aux deux détectives, qui découvrent des affaires gênantes, voire dangereuses pour la survie de la Confédération helvétique. Et pour eux.

    Dans ce polar qui jette une lumière crue sur la Suisse des banques et les montages fiscaux, Sébastien Meier reprend avec brio les personnages saisissants de son précédent ouvrage, Les Ombres du métis. Leurs faiblesses résisteront-elles aux pressions de ceux qui veulent taire la vérité ?



  • Je sais où tu es de Claire Kendal

    Éditions Albin Michel, février 2016

    Où que Clarissa aille, Rafe est là. Ses messages saturent son répondeur ; ses cadeaux qu’elle refuse s’entassent devant sa porte. Rafe a été clair : rien ne peut le faire renoncer. Pour échapper à son emprise, Clarissa décide de le piéger... Un thriller fascinant, best-seller en Angleterre, qui envoûte le lecteur jusqu’à sa fin, absolument terrifiante.



  • Un papillon dans la tempête de Walter Lucius

    Éditions du Masque, février 2016

    Trilogie Harltand. Tome 1. Un papillon peut déclencher une tempête. Un petit garçon renversé par une voiture et grièvement blessé est retrouvé dans le Bois d’Amsterdam. Son identité est inconnue. Seul indice : il porte des habits traditionnels afghans de fille. La journaliste Farah Hafez, d’origine afghane, soupçonne qu’il ne s’agit pas d’un simple accident avec délit de fuite. Ses recherches la conduisent dans les plus hautes sphères politiques d’Amsterdam, de Moscou et Johannesburg. Petit à petit, son enquête s’oriente vers un réseau criminel international. Elle est prête à tout pour faire éclater la vérité, quitte à mettre sa vie en danger. Traduit du néerlandais par Yvonne Pétrequin et Brigitte Zwerver-Berret.



  • Meurtres d’outre-tombe de Bernard Simonay

    Éditions Calmann-Lévy, février 2016

    Touraine, août 2014.Un squelette est découvert au fond des cavernes de Parçay, petit village de la vallée du Cher. L’identification est rapide : il s’agit d’un touriste argentin disparu dix ans plus tôt. Faute d’indice, l’enquête conclut au crime d’un rôdeur. Trois mois plus tard, une lettre anonyme accuse une femme, âgée de quatre-vingt-quinze ans, d’avoir fait injustement condamner à mort une certaine Lise Levasseur. Celle-ci est morte depuis soixante ans. Mais de sa liaison avec un officier allemand, elle a eu un fils. Quelque temps après, une série de meurtres particulièrement abominables horrifie la région. Le tueur s’attaque à une même famille, n’épargnant pas les enfants. Le commissaire Moreno du SRPJ de Tours est convaincu que ces trois affaires ont un lien entre elles. Aidée de son amie romancière, Karine Delorme, il est bientôt entraîné dans les méandres d’une histoire criminelle terrifiante qui plonge ses racines dans le chaos de la Seconde Guerre mondiale...



  • Fraude de Bruno Lassalle

    Ex Aequo éditions, janvier 2016

    "Je ne sais pas par quel sang raconter cette histoire. Beaucoup de ceux qui l’ont approchée de près ou de loin ont fini dans leur propre hémoglobine". Quand une scientifique coréenne est retrouvée assassinée dans des conditions étranges au coeur de l’animalerie du Centre de Recherche BioStratégique, alors le biologiste Romain Maldone reprend du service, sollicité par l’inspecteur Bussière pour son expertise scientifique. Parallèlement, l’histoire s’initie au début des années soixante-dix, et nous entraîne dans la fuite éperdue de deux jeunes épris de liberté, impliqués à leur insu dans une machination qui les dépasse. Au noeud d’une affaire de fraude scientifique, dans laquelle les enjeux s’avèrent autant politiques qu’idéologiques, Romain Maldone va devoir naviguer à vue dans un voyage qui l’emmènera jusqu’en Corée du sud, face à des individus au dessein ambitieux, et aux méthodes expéditives.



  • L’assassinat de Gilles Marzotti de Christophe Desmurger

    Éditions Fayard, janvier 2016

    Raoul ne manque ni de talent ni d’énergie. Plein de projets, prêt à payer de sa personne, il mérite l’argent qu’il gagne. Seulement c’est plus fort que lui : quand il dispose de 1000, Raoul en dépense 1100. Toutes les excuses sont bonnes : déguiser un achat en investissement, fêter une bonne nouvelle, s’octroyer des vacances objectivement méritées. L’argent qu’il a lui brûle les doigts. Mais par-dessus tout l’argent qu’il a dépensé sans l’avoir le hante : les dettes, les crédits, les pénalités de retard, les intérêts cumulés... Or cet argent a un visage, posé au-dessus d’un torse vêtu d’une éternelle chemise bleu gendarmerie : le visage de Gilles Marzotti. C’est lui qui oblige Raoul à louvoyer, tromper, mentir, même à ses proches, au risque de les perdre. Lui qui poursuit Raoul jusque dans son sommeil, ricane de ses échecs, précipite sa chute, l’empêche de vivre. Gilles Marzotti. Banquier de profession. Qui n’a jamais rêvé d’assassiner son banquier ?



  • Il reste la poussière de Sandrine Collette

    Éditions Denoël, janvier 2016

    Argentine, plateaux de la Patagonie. Une steppe infinie, balayée par des vents glacés. C’est là que Rafael, dix ans, grandit dans une famille haineuse. Sa mère s’est endurcie autour d’un secret qu’elle a su garder mais qui l’a dévorée de l’intérieur : une nuit, elle a tué leur ivrogne de père et a coulé son cadavre dans les marais. Depuis, elle fait croire que son mari les a abandonnés, et mène son maigre élevage de moutons et de boeufs d’une main inflexible, écrasant ses quatre garçons de sa dureté et de son indifférence. Mais depuis, aussi, les aînés détestent leur plus jeune frère, né après la disparition du père, et en ont fait la cible de leurs jeux brutaux. Alors Rafael, seul au monde, ne vit que pour son cheval et son chien. Voilà longtemps qu’il a compris combien il était inutile de quémander ailleurs un geste d’affection. Dans ce monde qui meurt, car les petits élevages sont peu à peu remplacés par d’immenses domaines, la révolte est impossible. Et pourtant, un jour, le jour le plus sauvage et le plus douloureux de la vie de Rafael, quelque chose va changer. Le jeune garçon parviendra-t-il à faire sauter l’étau de terreur et de violence qui le condamne à cette famille ? Avec ce roman sombre, planté dans une nature hostile et sublime, Sandrine Collette explore les relations familiales impossibles, et la rédemption, ou non, d’un petit garçon qui a gardé son humanité.


www.lechienjaune.fr | Plan du site | Webdesign : katsolgraph.com | Mentions légales