L’association

Née en 1993, l’association Le Chien Jaune, a pour but de promouvoir la littérature policière sous toutes ses formes (roman et BD noirs ou à encrage social, thrillers, nouvelles policières, etc.) et l’univers du polar en général. Son nom évoque le roman de Georges Simenon, publié en 1931 et dans lequel le célèbre commissaire Maigret mène l’enquête à Concarneau.
Organisé chaque été par l’association, Le festival du polar de Concarneau est la plus ancienne manifestation consacrée à ce genre littéraire en Bretagne. Le Chien Jaune accueille ainsi sous son chapiteau une trentaine d’auteurs et illustrateurs de polar venus des quatre coins de la France et parfois d’ailleurs. Dédicaces, conférences, concert de jazz comptent parmi les nombreuses animations proposées pendant les trois jours du festival. Et pour que tout le monde puisse en profiter, l’entrée est gratuite pour tous !
Grâce au soutien de ses partenaires et à l’enthousiasme de son équipe 100% bénévole, l’association propose tout au long de l’année des événements autour du polar : expositions, concours de nouvelles, projection de films, rencontres en bibliothèque, animations auprès du jeune public... D’année en année, l’association développe un peu plus les actions en direction d’un public toujours plus nombreux et varié.


Le Chien Jaune vu par Jean-Bernard Pouy :

"Le chien jaune rôde toujours dans les rues de Concarneau.
Surtout l’été, quand les flots bleus le sont en permanence, bleus. Mais il n’annonce plus le malheur et le désespoir, il n’est plus l’ange canin de l’autre vioque, celle avec la grande faux.
Quand on l’aperçoit, on peut se dire que des festivités s’approchent, celles fomentées dans les vapeurs acides et bienfaisantes du Muscadet en fusion, celles célèbrant le livre et la joie de lire, et pas n’importe quels livres, puisqu’il s’agit de polars et de romans aussi noir que ce foutu clebs est jaune.
Ce n’est pas la faute à Voltaire, ce n’est pas la faute à Rousseau, c’est grace à Simenon, expert en la matière, expert en concarnéité, puisqu’au moins deux de ses livres se passent aux alentours de la ville close.
Et si les textes sont noirs, sombres, désespérés parfois, il n’en est pas de même de tous ces gens qui caressent le chien, ceux de l’Association, ceux des librairies, ceux du cinoche, ceux qui livrent le pinard et les langoustines, ceux qui font de la musique,ceux qui sont les amis des amis, ceux qui sont auteurs et qui ont fait le voyage, ceux qui rigolent, s’amusent, se retrouvent, ceux qui se démènent pour que Concarneau ne soit pas, à cette époque, qu’un chenil à touristes, mais aussi la ville où les chiens jaunes qui aiment lire (et pâlir) se rencontrent, se flairent, forment une bande, une meute et aboient à la lune".

www.lechienjaune.fr | Plan du site | Webdesign : katsolgraph.com | Mentions légales