2012

  • - Alain JÉGOU - - Antonin VARENNE - - Blÿnt - - Elisa VIX -
    - Firmin LE BOURHIS - - Françoise LE MER - - Françoise PASQUINI - - Geronimo STILTON -
    - Hervé COMMÈRE - - Jean FAILLER - - Jean-Marc PERRET - - Jean-Paul LE DENMAT -
    - Jean-Pierre BATHANY - - Jeanne DESAUBRY - - Louarnig GWASKELL - - Michel DEMARS -
    - Michèle CORFDIR - - Olivier BERLION - - Olivier KERAVAL - - Olivier THOMAS -
    - Pascal MILLET - - Pascal VATINEL - - Patrick BENT - - Philippe DEBLAISE -
    - Renaud MARHIC - - Sandra MARTINEAU - - Serge LE GALL - - Yves GREVET -

  • Alain JÉGOU
    Roman

    Alain Jégou a exercé le métier de marin-pêcheur au port de Doëlan, puis à celui de Lorient, durant 28 ans.
    Proche des auteurs américains de la Beat Generation et des populations amérindiennes, il a publié une quarantaine d’ouvrages, dont bon nombre de recueils de poésie, un carnet de voyage en Arizona et au Nouveau-Mexique, un essai sur Jack Kerouac, un carnet de bord relatant son expérience maritime, deux romans policiers et de nombreux livres d’artistes avec des peintres et des graveurs.
    Alain Jégou est décédé en mai 2013.



    Bibliographie

    - Ne laisse pas la mer t’avaler, éditions des Ragosses, Apogée, 2012
    - Courseurs de cumulus, sur des photographies de Michèle Ferrand-Lafaye, éd. Association Marie-Louise Bréhant, 2010
    - Papy Beat Generation, en collaboration avec Jean Azarel et Lucien Suel, éd. Hors Sujet, 2010
    - Paysages écrits, en collaboration avec Jacques Josse et Yves Prié sur des dessins de Georges Le Bayon, éd. Folle Avoine, 2010
    - Une meurtrière dans l’éternité, coll. 99, éd. Estuaires, Luxembourg, 2009
    - Fatal Ressac, en collaboration avec Joëlle Quatresous, éd. Les Chemins Bleus, 2009
    - Passe Ouest, suivi d’IKARIA LO 686 070, éd. Apogée, 2007 (Prix Henri Queffélec 2008 du festival Livre et Mer de Concarneau)
    - Cash, suivi de Dérive et Ombres furtives, éd. L’Autre Rive, coll. La Frange Atlantique, 2007 (recueil bilingue français-anglais, traduction Eve Lerner. 2007)


    « Son dernier polar ressemble comme deux gouttes d’eau à la vie de cet ancien patron pêcheur lorientais, avide de poissons et de bons mots. »

    Extrait d’un article de Régis Nescop, paru dans Le Télégamme (14/01/2012)

    « Alain Jégou est fort connu en Bretagne pour ses poésies : l’ancien marin-pêcheur lorientais s’essaie cette fois au roman noir […]. Et le résultat est détonnant : un écriture forte, qui nait des rafales et des embruns, et qui ne laisse pas indifférent. Sa connaissance intime du monde de la pêche nous offre des descriptions précises, justes, ciselées de ce que sont les marées d’hiver à bord d’un caseyeur, et de la dureté du métier que vivent ces hommes. Tabac brun, boissons fortes, femmes de caractère, personnages sensibles, le tout sur fond de Jimmy Hendrix… à lire d’une traite ! »

    Article sur le blog de La Vareuse.

    « Déployant la puissance de son vécu, Alain Jégou nous donne à voir cet océan démonté […] Pour Yann c’est la rencontre d’un quotidien abrupte et ignoré dont les descriptions à la fois amoureuses et empreintes de respect nous rapprochent de ses frères de misère plongés dans la tourmente. À travers le couple Yann/Claire, nous nous retrouvons ballottés entre terre et mer, des passions exacerbées des “terriens” à l’étendue furieuse et dantesque des marins. De toutes parts, nous sentons que les choses peuvent basculer. D’une manière ou d’une autre. Sous l’impulsion du souvenir et d’une écriture du ressenti, Alain Jégou convoque les fantômes poignants d’une époque engloutie, un monde de fracas et de tabac brun où le “Flamenco Sketches” de Miles Davis s’échappe au-dessus du tumulte en d’apaisantes volutes. »

    Librairie L’Étoile polar, Nantes


  • Antonin VARENNE
    Roman

    Né à Paris en 1973, Antonin Varenne n’y restera que quelques mois avant d’être enlevé par ses parents pour vivre aux quatre coins de France, puis sur un voilier. Il n’y reviendra qu’à vingt ans, pour poursuivre des études à Nanterre.
    Après une maîtrise de philosophie (sur Machiavel), il quitte l’Université, devient alpiniste du bâtiment, vit à Toulouse, travaille en Islande, au Mexique et, en 2005, s’arrime au pied des montagnes Appalaches où il décide de mettre sur papier une première histoire.
    Revenu en France accompagné d’une femme américaine, d’un enfant bilingue et d’un chien mexicain, il s’installe en Creuse et se consacre désormais à l’écriture.



    Site personnel : http://antoninvarenne.over-blog.com/



    Bibliographie

    - Trois mille chevaux-vapeur, Albin Michel, 2014
    - Le Mur, le Kabyle et le marin, Éditions Viviane Hamy, 2011.
    Meilleur polar francophone Montigny-les-Cormeilles 2011 - Prix 20-Minutes/Quais du polar 2012 - 8ième Prix Jean Amila/Meckert 2012
    - Fakirs, Éditions Viviane Hamy, 2009
    - Le gâteau mexicain, Editions Toute Latitude, 2008
    - Le fruit de vos entrailles, Éditions Toute Latitude, 2006


  • Blÿnt
    Bande dessinée

    Blÿnt est dessinateur et plasticien.
    Depuis qu’il a commencé à dessiner à l’âge de cinq ans les rues d’une ville sur les murs de sa chambre, il poursuit cette nécessité de voir et de traduire le monde à travers ses points de vue graphiques. Pendant un long passage comme étudiant en Arts Plastiques à Rennes, il affinera sa lecture de la Bande Dessinée et autres arts visuels en expérimentant des techniques aussi diverses que variées. Il s’est distingué par plusieurs séries d’illustrations autour de personnages détournés comme celui de Békassine, des Peaux de Vaches ou encore du « PerNo », qui n’est autre que le fils du Père Noël.

    J’expose encore bien d’autres choses régulièrement mais toujours on me demande combien d’artistes exposent avec moi en constatant la diversité des techniques abordées...simple reflet d’une recherche en Eclectisme : défaut pour certains, qualité pour les autres.
    Je développe souvent mes dessins par séries (Békassine, PèrNö, Vachettes...) mais je souhaiterais les voir imprimés dans une édition pour la jeunesse d’autant que mes deux petites filles veulent toujours voir leurs rêves d’enfants cristallisés dans des couleurs encore renouvelées.



    Bibliographie

    - Chienne de vie, Éditions du COPRIN, 2011 (scénario de P. Millet),
    - Le Chat du Malin, 2011(scénario d’ANTON)
    - Au secours de Dame Lune, Les Ateliers de Porthos, 2008


  • Elisa VIX
    Roman

    Elisa Vix est née en 1967, francilienne, vétérinaire de profession et mère de 3 enfants, Elisa Vix tombe dans l’écriture de romans policiers par amour de la lecture, et un peu par défi.
    En 2005, avec La baba-yaga, elle invente le personnage de Thierry Sauvage, policier gentiment incorrect. Suivront Bad Dog et Andromicmac. Ses romans mêlent intrigue policière et vie personnelle des protagonistes, souvent avec drôlerie. Ses deux premiers romans sont adaptés sur France 2 pour la série « Tango ».
    En 2012, elle rejoint les éditions du Rouergue avec « La nuit de l’accident », roman noir psychologique sur fond de ruralité moderne.



    Site personnel : elisa.vix.perso.sfr.fr



    Bibliographie

    - La nuit de l’accident, Editions du Rouergue, 2012
    - AndroMicMac, Editions Krakoen, 2010
    - Bad Dog, Editions Odin, 2006
    - La Baba-Yaga, Editions Odin, 2005


  • Firmin LE BOURHIS
    Roman

    Firmin Le Bourhis est né à Kernével (commune de Rosporden)
    dans le Finistère, en 1950. Après avoir exercé une carrière bancaire
    dans différentes villes du Grand-Ouest, il s’est retiré définitivement
    à Concarneau où il peut se consacrer à la lecture et à l’écriture.

    Auteur de 25 romans policiers, il écrit pour faire avancer une action qui lui tient à cœur : venir en aide aux aidants dans le cadre de la maladie d’Alzheimer (son père est décédé de cette terrible maladie)
    Tous ses droits d’auteur sont versés :
    - à 50 % pour l’action Alzheimer afin de venir en aide aux aidants
    - à 50 % pour la lutte contre la sclérose en plaques et autres maladies auto-immunes.

    Ses livres sont progressivement publiés en numérique.
    Ils sont également publiés en grands caractères. Il verse dans ce cas les droits reçus, pour ces ouvrages particulièrement, à la bibliothèque sonore de Quimper où il offre chacun de ses livres dès la sortie. Ils sont tous enregistrés à ce jour au profit des déficients visuels.

    Firmin Le Bourhis bénéficie désormais d’une communication nationale dans de nombreux magazines et Faites vos jeux s’est même vu classé au top 50 des meilleurs ventes en France de Livres Hebdo en mai 2014.

    Il anime de nombreuses conférences (bénévolement bien entendu) :
    - l’une sur l’écriture du roman policier, de la 1re idée de l’auteur... au livre dans le rayon.
    - l’autre sur la maladie d’Alzheimer de A à Z et l’aide aux aidants...

    Il est producteur et animateur (bénévole comme le reste de ses activités) dans une radio privée régionale Radio Harmonie Cornouaille qui fait partie du groupe national FFCF. Il y consacre une de ses émissions hebdomadaires au livre, la lecture et tout ce qui l’entoure et donne la parole aux médiathèques, libraires, auteurs, Bibliothèque sonore etc... en terminant chaque émission par le coup de coeur de l’invité de la semaine, un livre à commenter...

    Dans la région de Concarneau, vous pouvez écouter
    la chronique « Autour du livre » sur Radio Harmonie -88.8Mhz.



    Site personnel : http://www.firminlebourhis.fr



    Bibliographie

    - N°1 - La Neige venait de l’Ouest, Palémon Éditions, 2013 (réédition)
    - N°2 - Les disparues de Quimperlé, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°3 - La belle Scaëroise - double affaire - Tome 1 Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°4 - Etape à Plouay - double affaire - Tome 2 Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°5 - Lanterne rouge à Châteauneuf-du-Faou, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°6 - Coup de tabac à Morlaix, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°7 - Échec et tag à Clohars-Carnoët, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°8 - Peinture brûlante à Pontivy, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°9 - En rade à Brest, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°10 : Drôle de chantier à Saint-Nazaire, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°11 - Poitiers, l’affaire du Parc, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°12 - Embrouilles briochines, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°13 - La Demoiselle du Guilvinec, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°14 - Jeu de quilles en Pays Guérandais, Palémon Éditions, 2014
    - N°15 - Concarneau, affaire classée, Palémon Éditions, 2014
    - N°16 - Faute de Carre à Vannes, Palémon Éditions, 2014
    - N°17 - Gros gnons à Roscoff, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°18 - Maldonne à Redon, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°19 - Saint ou démon à Saint-Brévin-les-Pins, Palémon Éditions, Juin 2014 (réédition)
    - N°20 - Rennes au galop, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°21 - Ça se Corse à Lorient, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°22 - Hors circuit à Châteaulin, Palémon Éditions, 2014 (réédition)
    - N°23 - Sans broderie ni dentelle, Palémon Éditions, 2013
    - N°24 - Faites vos jeux, Palémon Éditions, 2014
    - N°25 - Enfumages, Palémon Éditions, 2014
    - N°26 - Corsaires de l’Est, Palémon Éditions, 2015
    - N°27 - Zones blanches, Palémon Éditions, 2015
    - n° 28 Ils sont inattaquables. éditions du Palémon , 2016

    Série Menaces
    - Menaces, Attaques sur la capitale, Palémon Éditions, 2015

    à paraître en 2016 :
    - n° 2 Menaces - volet 2, Tel le Phénix. éditions du Palémon - juin


  • Françoise LE MER
    Roman

    Née à Douarnenez en 1957, Françoise Le Mer enseigne aujourd’hui le français en collège à Quimper.
    Dès son plus jeune âge, elle écrit. Passionnée de lectures policières, elle publie le premier titre de sa série bretonne en 1998.
    Ses intrigues, basées sur la psychologie des personnages, alternant descriptions poétiques, dialogues humoristiques, et suspense à couper le souffle, sont régulièrement saluées par la critique pour leur finesse.



    Bibliographie

    - Le Baiser d’Hypocras, éd. Palemon, 2015
    - Arrée sur image, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Maux de tête à Carantec, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Les âmes Torses, éd. Palemon, 2013
    - Maître-chanteur à Landevennec, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Amours sur Bélon, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Buffet froid à Pouldreuzic, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - L’Ange de Groix, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Le Mulon rouge de Guérande, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Les Ombres de Morgat, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Les Santons de granite rose, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Blues bigouden à l’île Chevalier, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - L’Oiseau noir de Plogonnec, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Le Faucheur du Ménez-Hom, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - La Lame du tarot, éd. Palemon, 2014 (rééd.)
    - Colin-maillard à Ouessant, éd. Palemon, 2014 (rééd.)



    Entretien réalisé par Firmin Le Bourhis dans son émission Autour du Livre, diffusée sur Radio Harmonie Cornouaille en juin 2013 :

    MP3 - 11.9 Mo
    Hervé HUGUEN et Françoise LE MER

  • Françoise PASQUINI
    Roman

    Auteure et réalisatrice, elle multiplie les récompenses : sélectionnée au festival de Cannes en 1983, nominée aux César en 1984 pour son film « Un tournage de Raul Ruiz », finaliste au Grand Prix du Meilleur Scénariste au festival de Cannes en 1992 avec « Petite fille rouge avec un couteau », récompensée à Auxerre pour le documentaire « Boulot bonheur » en 1998, lauréate du concours Cinéalenvers en 2006 avec « Temps Velours ».

    En 1986 elle contacte Jean-Paul Demure, ils forment depuis un duo de co-scénaristes qui signe des films pour la télévision, tels que « Joséphine Ange-gardien/ Louis La Brocante etc. »

    C’est son oncle, l’écrivain breton Jeff Falmor, qui lui fait découvrir le roman policier, en lui offrant « L’aiguille creuse » de Maurice Leblanc l’été de ses 10 ans alors qu’elle passe ses vacances chez ses grands-parents à Port-Louis dans le Morbihan.

    La mer de Bretagne et les livres ont toujours été ses grands consolateurs : il était donc logique qu’elle installe sur la terre de Bretagne le petit héros David, 10 ans ¾ de son premier roman policier paru en juin 2011 « Les jardiniers ne travaillent pas la nuit », logique aussi qu’elle souhaite que ce roman sache consoler les peines.



    Filmographie

    - Un tournage de Raúl Ruiz, Françoise Pasquini est réalisatrice de ce court métrage documentaire 1983.

    - Léningrad (1985).Réalisation et scénario. A quoi rêvais-tu Laura, si ce n’est de l’amour....

    - La Fleur des morts (1993) . Réalisation et scénario.
    Liza G., jeune chanteuse de cabaret, se fait offrir des fleurs par le célèbre détective privé, Sébastien Lacoste. Ce ne sont pas des roses pour femme fatale, mais des chrysanthèmes...

    - Temps velours, 2007. scénario de Françoise Pasquini et Jean-Paul Demure. Acteurs : Valeria Cavalli, Laurent Ledoyen, Didier Niverd, Frédéric Moulin.
    Synopsis : Un homme mûr et élégant, immensément déçu par une femme splendide et mystérieuse qu’il pensait être une âme sœur que le hasard aurait mis sur son chemin, partage une ultime seconde d’union avec elle.



    Bibliographie

    - Les jardiniers ne travaillent pas la nuit, Nuits blanches, 2011


  • Geronimo STILTON
    Jeunesse


    Journaliste, écrivain et directeur de L’Écho du rongeur, la souris Geronimo Stilton vit dans un univers de rongeurs ressemblant étrangement au nôtre. Dans ses livres, il raconte ses enquêtes et aventures aux quatre coins du monde.

    La série est publiée en français par les éditions Albin Michel Jeunesse et par les éditions Origo (les bandes dessinées). La version originale est produite par Edizioni Piemme de Milan. Cette série est destinée aux enfants de 7 à 9 ans.

    La série a également été adaptée en dessin animé.



    Site personnel : http://geronimostilton.com



    Bibliographie
    - Opération panettone - N°76, Albin Michel Jeunesse, 2016
    - Adieu maison chérie ! - N°76, Albin Michel Jeunesse, 2016
    - Faucon rouge et poule mouillée - N°74, Albin Michel Jeunesse, 2015
    - Echo du silex contre radio-ragot - N°929, Albin Michel Jeunesse, 2015
    - L’infect trésor de Morgan Moustachenoire - N°329, Albin Michel Jeunesse, 2015
    - Le secret du karaté, Albin Michel Jeunesse, 2013
    - Le voyage dans le temps n°4 - Cléopatre, Gangi Khan, Elisabeth 1re d’Angleterre, Albin Michel Jeunesse, 2013
    - L’étrange machine à livres de Geronimo Stilton et Claude Dubois, Albin Michel Jeunesse, février 2013
    - Excalibur, Albin Michel Jeunesse, 2013
    - Alerte aux météorites sur Silexcity !, Albin Michel Jeunesse, 2013
    - Scoops en série à Sourisia, Albin Michel Jeunesse, 2013
    - Pas touche à la pierre de feu !, Albin Michel Jeunesse, 2013
    - Le Royaume de la Fantaisie, Tome 6 : Le royaume des sirènes, Albin Michel Jeunesse, 2012)


  • Hervé COMMÈRE
    Roman

    Après des études de lettres, Hervé Commère commence une double vie de serveur le jour et écrivain la nuit. Le premier roman qu’il a écrit est « fabuleux » selon les dires de sa maman. Tout comme le second. En 2006, il s’installe à Rennes, et a l’idée d’un nouveau roman. C’est à ce moment qu’il songe à chercher un éditeur - et c’est ainsi que J’attraperai ta mort paraît en mars 2009.

    Propos d’Hervé Commère :
    "J’attraperai ta mort à mon sens, c’était un polar. Je dis « à mon sens » car j’ai eu depuis l’occasion de me rendre compte d’une chose : à partir du moment où le roman est terminé, il commence à vivre. J’ai rencontré beaucoup de lecteurs dans des bibliothèques, des collèges ou des comités d’entreprises.

    A chacune de ces rencontres, j’ai appris quelque chose sur l’histoire que j’avais pourtant écrite moi-même. D’un lecteur à l’autre, mon roman n’était plus un polar mais une histoire d’amour, pour un autre encore il s’agissait d’un roman noir, ou simplement de littérature.

    C’était il y a deux ans presque jour pour jour et je ne sais toujours pas moi-même ce que J’attraperai ta mort était.

    Je vous parle de ça parce que mon deuxième roman est sorti il y a un mois, ça s’appelle Les ronds dans l’eau : sur la couverture, c’est marqué « thriller ». Sur le site de Fleuve Noir, je suis en « Littérature Générale ». L’ambiguïté persiste dans les résumés qui en sont faits. Pour les uns, mon roman parle de banditisme à l’ancienne, une histoire de casse clinquant dans les années 70, un caïd à la retraite qui voit aujourd’hui ressurgir son passé, une journaliste qui veut absolument tout savoir.

    Pour les autres, c’est l’histoire d’un petit serveur un peu terne, qui voit son ancienne chérie le narguer tous les jours dans un jeu de télé-réalité, et qui décide d’agir, pour arrêter de souffrir.

    Pour moi, c’est une histoire globale. C’est un roman dans son ensemble. Ce qu’il faut que vous sachiez, c’est que les trajectoires de Jacques et Yvan vont se croiser, que ces deux personnes que rien ne rapproche vont pourtant se retrouver quelques instants face à face, et que toute la suite en découlera.

    Ce que j’ai voulu, c’est parler du hasard, de la vie, des choix que l’on fait, des risques qu’on prend. J’ai voulu dire qu’on est bien souvent ballotté par les circonstances, qu’on n’est au fond pas maître de grand chose. Qu’entre un vieux truand planqué et un jeune gars bien comme il faut, il n’y a peut-être qu’un tout mince filet d’eau. Alors que ce soit un polar, un thriller, un roman noir ou à suspense, ou je ne sais quoi d’autre, peu importe. Je cite un copain, Frédéric Paulin : « On comprendra que tout ça ne parle que d’une chose : l’homme »."



    © photo Yann Arrows


  • Jean FAILLER
    Jeunesse - Nouvelle - Récit - Roman

    Né en 1940 à Quimper.
    Auteur de pièces de théâtre, de romans historiques, policiers, pour enfants et de nouvelles.
    Vit et écrit à l’Île-Tudy

    Un parcours atypique pour cet ancien mareyeur breton devenu auteur de romans policiers ! Bigouden par son père, douarneniste par sa mère, ce Quimpérois baigne depuis l’enfance dans l’atmosphère des ports de pêche et des gens de mer, aujourd’hui sources essentielles de son inspiration.
    Très jeune, Jean aime les livres. Son goût pour la littérature a été nourri par son grand-père maternel, un marin pêcheur qui était aussi un fabuleux conteur.
    C’est il y a près de 30 ans que Jean, alors poissonnier à Quimper, décide de se lancer dans la passionnante aventure de l’écriture. Il débute par des pièces de théâtre puis il publie des romans historiques, des nouvelles, des romans pour la jeunesse et une série policière : les enquêtes de Mary Lester.
    Il arrive à ce genre policier par une pièce écrite pour le festival de théâtre de Lanester, en 1987, dont le personnage principal est un flic, Robert Le Ster. Aucun des comédiens de la troupe ne correspondant au personnage, le rôle est alors confié à une actrice prénommée Mary. Lorsque le livre est édité en 1992, une erreur typographique survient, Le Ster devenant Lester  : l’héroïne Mary Lester est née.
    Jean Failler est profondément attaché à la Bretagne : Mary Lester vous donne l’occasion de découvrir, avec les paysages, les réalités économiques du pays. Pas de folklore, pas de violence, de sexe ou d’hémoglobine… Ces romans s’adressent à tous les publics.
    Comme Andréa Camilleri le fait avec une langue italienne teintée de dialecte sicilien, Jean Failler use volontiers d’expressions et de tournures bretonnes qui donnent au récit un parfum d’authenticité et la saveur goûteuse de la langue du terroir. Pour avoir vécu avec eux depuis sa plus tendre enfance, Jean Failler connaît bien la gouaille des marins pêcheurs et la truculente verdeur du parler paysan qu’il aime partager avec ses lecteurs.
    Des mots qui n’ont pas de véritable équivalent ou qui ne sonnent pas convenablement en français viennent tout naturellement en breton sous sa plume, donnant ainsi une réelle épaisseur à ses personnages. Il parvient même à retranscrire à l’écrit les accents typiques des différents terroirs. Mais que le lecteur se rassure, une explication figure toujours en bas de page.
    La série Mary Lester compte aujourd’hui 39 titres qui peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre. Toujours ancrée dans la vie réelle, chacune des fictions est confrontée au contexte social, économique et culturel de notre époque. L’auteur ne triche ni avec le décor ni avec les hommes.
    Jean Failler, un auteur discret à découvrir absolument…

    La croix des veuves, une enquête de Mary Lester , Tome 40 et Tome 41

    Site du Palémon


  • Jean-Marc PERRET
    Roman

    Né à Carnac, Jean-Marc Perret a été professeur de Sciences Economiques, puis controleur de gestion à la SNCF où il a fait carrière.
    Depuis sa retraite, il est correspondant du journal Ouest-France à Chantepie, près de Rennes.
    Amateur de littérature anglo-saxonne, il aime également pratiquer le tennis et le volley-ball.
    Après s’être essayé à l’écriture de nouvelles, "Ria mortelle" est son premier roman policier.



    Bibliographie

    - Série noire à Carnac, Liv’editions, 2012
    - Toile de sang à Auray, Liv’editions, 2011
    - Ria mortelle, Liv’editions, 2009


  • Jean-Paul LE DENMAT
    Roman

    Né le 16 septembre 1953 à Laniscat, Jean Paul Le Denmat, directeur des travaux à la CCI des Cotes d’Armor, vit toujours dans le centre Bretagne. Son parcours professionnel atypique partagé entre l’agriculture et le BTP n’occulte pas sa passion de toujours pour la littérature et le cinéma.
    Scénariste et metteur en scène du spectacle historique de l’Abbaye de Bon Repos depuis 1991, il publie en 2001 Les Griffes de l’Ange, premier roman policier-fantastique puis Le 108e Cercle en 2005.
    Sur le film du rasoir, collectif paru en 2009, lui permet d’aborder un autre genre littéraire, la nouvelle. La sortie de La stratégie des ombres, thriller, est programmée pour mars 2011.
    Son travail actuel, titre provisoire Iceblack, est une plongée en apnée dans les abîmes de l’âme humaine. Atmosphères glauques, imagination débordande, plume au scalpel... Nuits blanches assurées.



    Bibliographie
    - La stratégie des ombres, Liv’editions, 2011
    - Le 108e cercle, Liv’editions, 2005
    - Les griffes de l’ange, Liv’editions, 2001


  • Jean-Pierre BATHANY
    Bande dessinée - Roman


    Jean-Pierre Bathany est auteur de thrillers.
    Il est à l’origine de la création de la maison d’édition Sixto.
    Dans le cadre de son activité d’écriture, il fait la rencontre de dessinateurs dont les univers graphiques en noir et blanc lui évoque des ambiances "polar". L’idée de créer une collection de bande dessinée policière fait alors son chemin.
    Il réunit autour de ce projet une équipe de cinq passionnés de cases et de bulles qui assurent l’accompagnement éditorial. Sixto voit le jour en 2011. Il y signe son premier scenario avec le dessinateur Jérôme Mathé.
    Avec le titre L’Ange Noir, il rend un hommage à William Irish, l’un des maîtres du roman noir américain, dont de nombreux titres ont été portés à l’écran par Alfred Hitchcock.



    Bibliographie

    Bande dessinée
    - L’Ange Noir, (ill. Jérôme Mathé) coll. CasaNostra, Sixto Éditions, 2011

    Romans
    - Illuminati Nantais, I.N.R.I. Tome 3, Alain Bargain, 2011
    - Le Cercle de Nantes, I.N.R.I. Tome 2, Alain Bargain, 2010
    - Requiem au Lac de Grand-Lieu, I.N.R.I. Tome 1, Alain Bargain, 2010
    - La veuve noire de Pornic, Alain Bargain, 2008
    - Maudit blues à Nantes, Alain Bargain, 2008
    - Été show à La Baule, Alain Bargain, 2007
    - Double je Nantais, Alain Bargain, 2006
    - Camaret au vitriol, Alain Bargain, 2005



    Entretien réalisé par Firmin Le Bourhis dans son émission Autour du Livre, diffusée sur Radio Harmonie Cornouaille en juin 2013 :

    MP3 - 9.8 Mo
    Jean-Pierre BATHANY

  • Jeanne DESAUBRY
    Jeunesse - Nouvelle - Roman

    Naissance à Château-Thierry le 31 octobre 1958.
    Native de Château-Thierry dorénavant ville natale de Jean de La Fontaine ET de Jeanne Desaubry (eh beh !)
    A eu trop de vocations pour se décider : ne fut donc, ni bonne sœur, ni sorcière, ni cantatrice, et ne sait pas ce qu’est une trajectoire rectiligne.
    Après une première carrière dans l’administration hospitalière, enseigne à temps partiel à l’école. Rêve à temps complet.
    Ambitieuse, a commencé à écrire dès qu’elle a su lire, mais l’a caché longtemps.
    Vomit la télé.



    Site personnel : http://jeanne.desaubry.free.fr



    Bibliographie

    Roman
    - Super haine, Krakoen, 2012
    - Hosto, Krakoen, 2010
    - Dunes froides, Krakoen, 2009
    - Le passé attendra, Krakoen, 2007

    Jeunesse
    - L’incendie d’Halloween, Krakoen, 2011

    Nouvelles
    - Qui veut jouer ?, Éditions du Seuil
    - A cause de la crise, Prix RTBF de nouvelles policières, 2005
    - Maman sait faire du bon café, Prix spécial des Industries du Havre (Ancres noires), 2006


  • Louarnig GWASKELL
    Roman

    Louarnig Gwaskell est arrivé à l’écriture par des chemins de traverse, après un parcours éclectique au cours duquel il s’est familiarisé avec un bon nombre de professions et d’activités diverses. Surtout riche… de son expérience, il a publié son premier roman Le Petit Doigt du Grand Architecte… Et puis il a suivi ce doigt qui lui montrait la direction de sa vocation.



    Bibliographie

    - Avenir radieux, Coop Breizh, 2012
    - Mauvaises graines, Coop Breizh, 2009
    - Dope au paddock, Terre de brume, 2001
    - Le petit doigt du grand architecte, Terre de brume, 2000


  • Michel DEMARS
    JPEG - 18.7 ko

    Biographie :

    Natif du Limousin et après avoir enseigné les Lettres à Fécamp, Michel Demars vit aujourd’hui sur l’Arz, dans le golfe du Morbihan.

    Bibliographie :

    chez Liv’Editions :

    - Pêche macabre à l’île d’Arz
    - Lames de fond
    - Les requins de l’île Dréneck (jeunesse)

    Chez Lucien Souny :
    - Une famille de batardes
    - Automne sanglant en Morbihan
    - La Frairie des Petits Ventres
    -  Trou du Chien ( prix Claude Santelli 2007)


  • Michèle CORFDIR

    Écrivain d’origine suisse, Michèle Corfdir est enseignante de formation. Elle obtient le Prix des Poètes Suisses de Langue Française en 1972. Elle publie des récits destinés à la jeunesse et collabore comme nouvelliste à diverses revues. Établie depuis une vingtaine d’années sur la côte nord de la Bretagne, elle a choisi ce cadre-là pour ses romans.

    11 titres

    - Nuits assassines à Paimpol
    - Eau dormante en Trégor
    - Fest-Noz sur le Nil
    - Il court, il court, le furet des Abers
    - Herbes amères à Belle-Isle-en-Terre
    - Le cycle de Grimentz
    - Vent contraire à Loguivy-de-la-mer
    - Larmes de fond ou le retour du crabe
    - Mortel hiver sur le Trieux
    - Chasse à corps à Bréhat
    - Le crabe


  • Olivier BERLION

    Auteur-Illustrateur-Scénariste

    Né à Lyon en 1969, Olivier Berlion dessine et écrit depuis qu’il sait tenir un crayon. Il crée un journal confidentiel avec son frère et son cousin (qui se vend à 20 exemplaires !) et rêve de devenir auteur de bande dessinée. Déterminé, il dessine tous les jours en rentrant de l’école, intègre après le bac l’École E. Cohl en 1990, puis effectue un DEUG de Culture et de Communication à Lyon.

    En 1992, il rencontre Corbeyran au festival d’Angoulême. De cette rencontre naît Le cadet des Soupetard, une série qui raconte les tribulations d’un petit « poulbot » campagnard aux prises avec les joies et les difficultés de son quotidien d’enfant de 7 ans. Les aventures du duo se poursuivent avec la série Sales mioches, puis, dans un nouveau registre, celui de la BD pour adultes, avec Lie-de-vin. Ce dernier ouvrage obtient de très nombreux prix et un grand succès, tant au niveau du public que de la profession.
    Désireux d’explorer de nouveaux horizons, il écrit le scénario d’Histoires d’en ville, aux éditions Glénat, polar réaliste en 3 tomes qui rencontre un beau succès critique.

    Olivier Berlion développe ensuite sa propre série Tony Corso tout en poursuivant ses collaborations avec Corbeyran pour Le cadet des Soupetard, et l’élaboration de récits one-shot (Rosangella, Garrigue avec Eric Corbeyran et Cœur Tamtam avec Tonino Benacquista).

    A partir de 2009 il réalise plusieurs adaptations de romans :
    « la comédia des ratés » de Tonino Benacquista et « le kid de l’Oklahoma » d’Elmore Léonard , respectivement pour les éditions Dargaud et Rivage-Casterman.
    Puis « La guerre des boutons » d’après Louis Pergaud aux éditions Dargaud.

    En 2012 paraitra Dos à la mer un polar co-écrit avec le romancier Antonin Varenne et mis en image par olivier Thomas aux éditions Emmanuel Proust.

    Il développe aussi désormais l’adaptation pour l’audiovisuelle de sa série TONY CORSO.


  • Olivier KERAVAL
    Bande dessinée

    Finistérien de part ses racines familiales, Olivier Keraval vit aujourd’hui à Rennes.
    Romancier, auteur de nouvelles et scenariste, il a grandi avec des auteurs aussi divers que Borgès, Cendrars, Henry Miller ou Mishima.
    Après un Bac ES il, s’oriente vers le droit qu’il abandonne aussitôt, convaincu que cette voie n’est pas pour lui.
    Ses premiers travaux qui prennent la forme de nouvelles.
    Il reprend ses études et s’engage dans une licence d’Histoire.
    Il part découvrir le continent américain : Mexique, le Pérou, la Bolivie, l’Équateur, le Guatemala.
    En 1997, il s’installe à Paris et travaille dans l’événementiel.
    Puis avec sa compagne, ils partent pour de nouveaux voyages dans l’Asie du Sud-Est. Chine, Vietnam, Thaïlande, Laos, Cambodge, Birmanie. Rencontre avec le bouddhisme.
    À son retour, il reprend son activité à Paris mais installe sa famille en Bretagne.
    Il entame une période de gestation et s’attaque à un travail de traduction de contes birmans recueillis au cours de son périple.
    Dans le même temps son goût prononcé pour l’histoire le rattrape, et il commence des recherches sur les croisades qui prendront la forme d’un roman non publié à ce jour, Quokelunde. Aucun éditeur ne s’est véritablement intéressé à ce premier livre dont la densité historique et le manque de maîtrise ont pu jouer en sa défaveur.
    Il travaille sur un polar dont l’action s’étale entre Rennes et Lyon. La chute d’un flic pris dans les rouages d’une affaire scabreuse qui le dépasse.
    Intervient ensuite la rencontre avec Jean-Pierre Bathany, auteur de polars et fondateur des éditions Sixto et de la collection BD-Polar "CasaNostra", et avec Luc Monnerais, le dessinateur.

    Extraits de sa bibliographie :
    Avec Danse Macabre, il signe sa première bande-dessinée aux Editions Sixto.
    En 2013, il collabore de nouveau avec Luc Monnerais, et scenarise "Comme un as", dans le cadre d’un projet collectif pour la SNCF Quais divers.

    Entretien réalisé par Firmin Le Bourhis dans son émission Autour du Livre, diffusée sur Radio Harmonie Cornouaille en juin 2013 :

    MP3 - 7.8 Mo
    Olivier KERAVAL



    O. Keraval et J-L Monnerais.


  • Olivier THOMAS
    Bande dessinée


    Olivier Thomas est dessinateur de BD.
    Après des débuts dans le dessin animé, l’animation d’ateliers, l’illustration, il dessine au début des années 2000 sa première BD, Arvandor, dans l’univers heroic-fantasy (3 tomes, scénario d’Eric Stoffel).
    Mais son domaine de prédilection devient vite le polar à tendance documentaire, qu’il exploite dans Sans Pitié, série très noire (3 tomes également, scénario Génot & Pradelle) dont le théâtre est Marseille.
    Il récidive avec Dos à la Mer, road-movie en 2 tomes parus en 2012 (scénario Berlion & Varenne), et Biribi (scénario de Sylvain Ricard), évocation d’une page très noire et méconnue de l’histoire française et de ses bagnes militaires en Afrique du nord.
    Son avant-dernier livre, Le Printemps des Quais (scénario Génot & Pradelle), est une incursion biographique dans l’univers et la vie du cinéaste humaniste Paul Carpita.
    Habitué des collaborations avec un ou plusieurs scénaristes, il publie en 2015, sur un scénario de Sylvain Runberg et Olivier Truc, le premier tome de la série Infiltrés, thriller policier contemporain sur fond d’extrémismes violents au Danemark.
    Installé depuis 2 ans à Angoulême, il a rejoint l’atelier du Gratin en 2014.




    Bibliographie :

    - Infiltrés - T1 : Le Sourire du Faucon, scénario de Sylvain Runberg et Olivier Truc, Editions Quadrants, 2015
    - Le Printemps des quais, scénario de Pascal Genot et Bruno Pradelle, Éditions Quadrants, 2014
    - Dos à la Mer - Livre 1 : Ouest, scénario de Olivier Berlion et Antonin Varenne, Emmanuel Proust Éditions, 2012
    - Dos à la Mer - Livre 2 : Sud, scénario de Olivier Berlion et Antonin Varenne, Emmanuel Proust Éditions, 2012
    - Biribi, coll. La Grande Evasion, scénario de Sylvain Ricard, Éditions Delcourt, 2011
    - Sans Pitié - Tome 3 : Table Rase, scénario de Pascal Genot et Bruno Pradelle, Emmanuel Proust Éditions, 2008
    - Sans Pitié - Tome 2 : Coupe Franche, scénario de Pascal Genot et Bruno Pradelle, Emmanuel Proust Éditions, 2006
    - Sans Pitié - Tome 1 : Mistral Noir, scénario de Pascal Genot et Bruno Pradelle, Emmanuel Proust Éditions, 2004
    - Arvandor - Tome 3 : Karra-Helesh, scénario Eric Stoffel, Éditions Vents d’Ouest, 2003
    - Arvandor - Tome 2 : Le Champ des Ames, scénario Eric Stoffel, Éditions Vents d’Ouest, 2001
    - Arvandor - Tome 1 : La Cabale Sombreh, scénario Eric Stoffel, Éditions Vents d’Ouest,

    Entretien réalisé par Firmin Le Bourhis dans son émission Autour du Livre, diffusée sur Radio Harmonie Cornouaille en juin 2013 :

    MP3 - 9.4 Mo
    Olivier THOMAS

    Photo : Ouest-France.


  • Pascal MILLET
    Jeunesse - Nouvelle - Roman

    De double nationalité, Pascal Millet partage son temps entre la France et le Québec. Auteur de nouvelles, de romans noirs et de livres pour la jeunesse, il anime des ateliers d’écriture auprès de différents publics (femmes en difficulté, immigrants, S.D.F., détenus et jeunes éloignés de livre et de la lecture).
    Certains de ces ateliers d’écriture ont été publiés sous forme de romans, de recueils de nouvelles ou de plaquettes promotionnelles de région.

    Romans
    - Ton Visage, éditions Rue du Départ, collec. voyage noir, 2011
    - Québec aller simple, éditions XYZ, 2011
    - L’Iroquois, XYZ éditions et les éditions du 400 coups, 2007, (finaliste au prix intramuros, Cognac 2007)
    - Une femme de trop, Liv’éditions, Le Faouët, 2002, (finaliste au prix polar Cognac 2002)
    - Sirène de caniveau, Liv’éditions, Le Faouët, 1999 ; éditions de la Pleine Lune, 1998.
    - Eldorado, les éditions de La Pleine Lune, Montréal, 1994.
    - Tropiques Nord, VLB éditions, Montréal, 1990.

    Recueil de nouvelles

    - ANIMAL, XYZ éditions, 110 pages, Montréal, 2010.

    Romans pour la jeunesse

    - Amour de louve, Éditions du Boréal, coll. « Boréal junior », 2011
    - Les ombres de la nuit, Éditions du Boréal, coll. « Boréal Junior », 2010.
    - Les rats de l’Halloween, Éditions du Boréal, coll. « Boréal Junior », 2008.
    - Salsa la belle Siamoise, Éditions du Boréal, coll. « Boréal Junior », 2006.
    - Saïda le macaque, Éditions du Boréal, coll. « Boréal Junior », 2005.
    - Pas de poisson pour le réveillon, Éditions du Boréal, coll. « Boréal Junior », 2003

    Bandes dessinées
    - Chienne de vie, éditions du Coprin, 2011, (en collaboration avec Blÿnt, dessinateur et illustrateur).


  • Pascal VATINEL


    La question que l’on me pose le plus souvent : « Pourquoi la Chine ? »

    En fait, je n’écris pas que sur la Chine. Parce que le sang n’oublie pas (Rouergue Noir 2011), se déroule essentiellement au Japon au cœur de l’extrême droite et sa gestion de l’héritage des anciens samurais ; le précédent, Les larmes du Phénix (2010), évoquait le périple d’évadés de Corée du Nord et, dans l’ombre de celle-ci, la présence constante des hommes du président (Washington).

    Quant à Environnement Mortel (2012), difficile de faire plus « International ».

    Bon, ceci dit, beaucoup la Chine, jusque dans mes livres pour les enfants. Parce que, en ce qui me concerne, écrire est le prolongement naturel de mes voyages. Poursuivre à l’intérieur ce que j’ai vécu à l’extérieur, l’extérioriser à nouveau sous la forme d’un récit, le partager sous la forme d’un livre. Je ne pourrais sans doute pas écrire s’il n’y avait pas d’abord « le terrain ».

    Je ne tiens pourtant aucun carnet de voyage, et n’ai aucune idée préconçue en abordant telle ville, en grimpant sur tel bateau, aucun plan ou projet autre que la découverte, le regard sur des civilisations, des paysages, des couleurs, et l’écoute d’hommes et de femmes souvent inquiets de l’étranger, toujours généreux avec celui qui s’intéresse sincèrement, dans l’humilité, le respect de ce qu’ils sont, de leurs différences.

    Je dois être une sorte d’éponge à images, senteurs, anecdotes, personnages… découverts le long des routes et des fleuves. Je les stocke à mon insu, sans jamais savoir quand ils réapparaitront à ma conscience, s’imposeront au cœur d’un récit. La plupart des plats que je décris, j’y ai goûté et j’ai leur saveur en bouche lorsque mes mots s’impriment sur la page ; beaucoup de ces lieux, j’y suis passé ; ce vendeur à la sauvette, arrêté par la police, ou cet évadé de Corée, j’ai croisé leur route.
    Ça aide. Mais cela ne suffit pas pour écrire un livre.

    L’initium de mes romans est chaque fois une histoire vraie, un fait historique ou d’actualité, qui retient mon attention et, surtout, suscite en moi une véritable émotion, vite transformée en obsession, et devient pulsion d’écrire. Alors commence le travail de recherche documentaire. Entre douze et dix-huit mois de fouilles et de lectures, d’analyse et de synthèse, avant de coucher les premiers mots sur le papier.

    Après le voyage, et avant l’écriture, c’est la partie du travail que je préfère. Même si elle est parfois désespérante. Ainsi l’Affaire du Cuisinier Chinois. Combien de fois ne me suis-je pas maudit d’avoir choisi ce thème. Avez-vous essayé de trouver de la documentation sérieuse à propos de la gastronomie chinoise au temps des Royaumes Combattants ? Malgré cela, il n’était pas question de commettre d’erreurs.

    Passionné d’histoire de la civilisation chinoise depuis mon adolescence (un sacré bout de temps), la précision de mes informations garde, à mes yeux, autant d’importance que la légèreté du récit qui doit, après tout, rester un bon moment de divertissement. Lorsqu’un journaliste chinois, critique gastronomique, travaillant pour un journal de Taipei, est venu me saluer au stand où je signais lors du Festival du Livre Gourmand de Périgueux, pour me féliciter et me dire que grâce à mon modeste polar, il avait beaucoup appris sur l’histoire de son propre pays, j’ai respiré à plein ce doux moment de reconnaissance. Idem, lorsque le lycée international de Pékin a référencé mon bouquin pour le mettre à disposition de ses étudiants.

    Cette recherche n’est pas plus facile lorsqu’il s’agit d’enquêter sur les filières d’évasion chinoises, ou de reconstituer l’atmosphère de Nankin soumise aux pires sévices commis par l’armée nippone en 1937. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le personnage central de mes derniers romans soit un reporter free-lance : Thomas Kessler. Lui aussi doit fouiller, écouter, observer, analyser et rester le plus neutre possible. Voilà pourquoi ce n’est pas un flic. Ses enquêtes aboutissent à des articles dans Nouvelles du Monde, pas à des arrestations. Il informe plus qu’il ne juge. Bien sûr, il y a du chinois dans cet homme-là. Yi fen wei er : « Un se divise en Deux » ; le double regard à porter sur chaque chose. De quoi éviter une écriture linéaire, jouer avec le temps, passé et à venir, et densifier l’intrigue.

    Mes romans jeunesse (Actes Sud) ont aussi un personnage central : Fleur de Printemps, à qui son grand-père, Lao Sheng, propose de jolies réflexions sur la Chine d’hier et d’aujourd’hui, mais qui gardent une portée universelle.
    C’est sans doute parce que je privilégie le voyage à l’écriture, que j’essaye de faire de chaque écrit un voyage.


  • Patrick BENT

    Patrick Bent revendique le statut de "citoyen de nulle part . C’est cependant à Erquy, dans les côtes d’Armor, qu’il s’est établi .
    A-t-il choisi la Bretagne ou la Bretagne l’a-t-elle choisi ? Vaste débat. "Balloté de la Méditérranée à l’Océan, j’ai appris tout petit à apprécier les lieux où je me trouvais. Aujourd’hui, la mer “toujours recommencée “demeure ma grande passion .
    Breton par choix, Patrick sacrifie aux rites ancestraux de la pêche et à l’image d’un Achab moderne, il traque le mythique bar, celui qui finira nappé de beurre blanc. Au-delà d’articles scientifiques et techniques émaillant sa carrière professionnelle, il publie un premier roman noirà compte d’auteur "L’enfer du décor" (Editions Publibook, 2000) où déjà, la Commissaire Beaussange pointe le bout de son ravissant petit nez. Puis il rejoint l’équipe d’Alain Bargain et lance dans le grand bain éditorial la désormais célèbre et incontournable Marie-Jo Beaussange.

    Le site de Patrick Bent


  • Philippe DEBLAISE

    59 ans, enseignant qui attend l’âge de la retraite avec un réel bonheur et l’espoir entretenu de n’être pas trop décati pour en profiter au mieux, parisien d’adoption amoureux de sa ville. Qui a fait un troisième cycle sur Raymond Roussel mais est-ce nécessaire de le préciser ?

    - Soudure à l’arc  ; édit LM Le Point ; roman noir ; 1994
    - SO ; édit Hors Commerce ; roman noir ; 1999
    - Draisine et chocolat ; édit Rail Noir ; roman noir ; 2005
    - Chem ; édit Urubu ; livre sur les enfants ; 2004

    Sous PHD ( pour "éviter" l’autre Philippe Deblaise ) :

    - Exercice de repassage ; édit Nykta ; nouvelles noires ; 2009 ; article dans la revue Brèves n° 90
    - Hispide partout ; roman noir ; 2010
    - Elle est morte blonde  ; roman noir ; 2010

    Hispide partout
    Roman noir. Speedy, le héros du roman, vit seul dans l’appartement ou sa mère est morte. Il l’a tuée. Comme il tue tout ceux qui, pour des petits riens, encombrent sa vie. Et lui, entouré de poupée sagement rangées, il passe son temps à discuter avec un GI Joe, il lui renvoie l’image de sa folie. Dehors il marche. Il marche sans arrêt. Dans son quartier. Dans Paris. Parfois il tue.
    Le commissaire Nubrait et son équipe vont ils remonter le fil d’Ariane qui va les mener jusqu’à lui ?


  • Renaud MARHIC
    Jeunesse - Roman

    Journaliste indépendant, Renaud MARHIC a collaboré à des publications choisies (Charlie Hebdo, Le Vrai Papier Journal, etc.).
    Essayiste, romancier, nouvelliste, auteur jeunesse, il a publié une quinzaine d’ouvrages chez divers éditeurs.
    Il est le créateur de la collection Polars&GrimoiresMD – « Enquête sur la LÉGENDE » que publient les éditions Terre de Brume depuis 2011.
    Sa série jeunesse Les Lutins UrbainsMD, publiées aux Éditions P’tit Louis, met à l’honneur un « merveilleux merveilleusement incorrect », invitant le jeune lecteur à une réflexion sur quelques thèmes universels, sans moralisme, en tout humanisme.

    Site personnel : http://www.marhic.fr/
    Site complémentaire : Les lutins urbains

    Bibliographie

    Romans
    - Orphée.org, Polars&Grimoires, Terre de Brume, 2013
    - Korrigans Connection, Polars&Grimoires, Terre de Brume, 2011
    - Terminus Brocéliande, Polars&Grimoires, Terre de Brume, 2011
    - L’Oreille de Denys, éditions Rhubarbe, 2008
    - Schisme’n’Blues, Terre de Brume, 2003
    - Hermines et idées noires, Terre de Brume, 2000

    Jeunesse
    - Les Lutins Urbains tome 2 – Le Dossier Bug le Gnome, P’tit Louis, 2014
    - Les Lutins Urbains tome 1 – L’attaque du Pizz’ Raptor, P’tit Louis, 2013
    - Petit Bêtisier féerique, AK éditions, 2005
    - Lutins à la mode de Bretagne, AK éditions, 2004
    - Lutins en milieu urbain, AK éditions, 2003


  • Sandra MARTINEAU
    Roman

    Sandra Martineau est née à st-Brieuc en 1978. Après des études de commerce et d’assistante de gestion, elle devient co-gérante d’une entreprise près du Mans, en Sarthe où elle réside depuis 1999.
    Passionnée de photo et de lecture, elle écrit depuis l’âge de quinze ans. D’abord des nouvelles, ensuite des scenarii et plus tardivement des romans, ainsi que des Murders parties.
    Dernière Escale est son quatrième roman. Les trois précédents, Les Blessures du silence, Promotion en Enfer et Confiance aveugle ont reçu un accueil chaleureux de la part des lecteurs.

    Bibliographie

    - Dernière Escale, Lajouanie, 2016
    - Les Blessures du silence, Les éditions Sixto, 2013
    - Promotion en Enfer, Les Editeurs Tranquilles, 2012
    - Confiance aveugle, Liv’Edition, 2010 (2e prix du Goéland Masqué)

    Suivre Sandra Martineau sur Facebook

    http://www.lesediteurstranquilles.fr


  • Serge LE GALL

    Serge Le Gall a passé son enfance à Pont-Aven, petite ville du Sud-Finistère. Il a été scolarisé à l’école primaire de la cité des peintres avant d’émigrer vers Quimper pour faire son secondaire à l’école Sainte-Marie Le Likès.
    C’est là que ses premières expériences " littéraires " ont trouvé leurs ouvertures. Il a participé à des ateliers d’écriture et il a activement collaboré à des revues de "potaches ".
    Durant les années passées en études supérieures à Rennes, il a laissé libre cours à son imagination et il a produit quelques romans d’inspiration autobiographique afin de faire ses armes. Un de ses manuscrits a été remarqué par Paul Guimard, auteur du roman mythique " Les choses de la vie ".
    A partir de 1973, il a connu sa période africaine en enseignant le français de l’autre côté de la Méditerranée. Il n’est pas étonnant de retrouver au cours de ses écrits d’aujourd’hui quelques réminiscences des souvenirs qu’il garde de ces années.
    Rentré en France, il a rejoint le milieu scolaire pour un poste d’encadrement puis il a repris l’enseignement. Il s’est alors replongé dans l’écriture en touchant au roman et à la poésie avant d’accepter le pari de mettre en scène une pièce classique jouée par des lycéens.
    En 1979, il a choisi d’intégrer le ministère de la justice où il a exercé différentes fonctions pendant une quinzaine d’années. On retrouve cette expérience dans les polars qu’il livre aujourd’hui.
    De retour en Bretagne, accueilli par le Conseil général du Finistère, il a repris contact avec l’écriture en collaborant à des publications internes à l’institution avant de publier une série de cinq monographies sur l’histoire du département au début du XXème siècle.
    A la faveur d’une rencontre avec un éditeur de polars, un autre challenge naît. En 2000, il se lance dans l’écriture d’un roman policier et il ne s’arrête plus ...

    Bibliographie :

    Son premier roman policier, mettant en scène Paul Gauguin,avait pour cadre la commune de Pont-Aven où il réside. Parmi ses publications nous avons plus particulièrement remarqué :
    - Traque noire à Audierne
    - Eaux-fortes à Sainte-Marine
    - Fugue mortelle en RÉ
    - Le moine rouge de Carantec.
    - Sombre dessein à Pont-Aven
    - La Secte de l’Aven
    - Meurtres du côté de chez Proust
    - Sables mouvants à Bénodet
    -  La Douarneniste et le Commissaire
    - Corps-mort à l’Île-de-Batz
    - Traque noire à Audierne
    - Le moine rouge de Carantec
    - La Sirène de Port Haliguen
    - Coup fourré dans les Monts d’Arrée
    - Vagues à Lames à Noirmoutier
    - Dépression sur les Glénan
    - Belle-Île “Amère”
    - Calvaire à Plougastel-Daoulas
    - Course-poursuite sur l’Aven


  • Yves GREVET

    Biographie

    Yves Grevet est né en 1961 à Paris. Il est instituteur dans la banlieue est de Paris depuis 25 ans. Il a commencé à publier pour la jeunesse en 2004 aux éditions Nathan, puis aux éditions Syros. Ces romans sont ancrés dans la réalité sociale d’aujourd’hui et abordent les thèmes de la solidarité, de la résistance, des liens familiaux et de l’apprentissage de l’autonomie et de la liberté. Le roman Méto a obtenu le Prix Tam tam Je bouquine au salon de Montreuil en 2008.

    Bibliographie chez Syros

    - L’école est finie
    - Seuls dans la ville
    - Méto, tome 3, Le Monde
    - Méto, tome 2, L’île
    - Méto, tome 1, La Maison
    - Jacquot et le grand-père indigne
    - C’était mon oncle !

    Chez Nathan
    - Comme les cinq doigts du pied
    - Mon premier rôle

    Le site d’ Yves Grevet

  • www.lechienjaune.fr | Plan du site | Webdesign : katsolgraph.com | Mentions légales