L’assassinat de Gilles Marzotti de Christophe Desmurger

Éditions Fayard, janvier 2016

Raoul ne manque ni de talent ni d’énergie. Plein de projets, prêt à payer de sa personne, il mérite l’argent qu’il gagne. Seulement c’est plus fort que lui : quand il dispose de 1000, Raoul en dépense 1100. Toutes les excuses sont bonnes : déguiser un achat en investissement, fêter une bonne nouvelle, s’octroyer des vacances objectivement méritées. L’argent qu’il a lui brûle les doigts. Mais par-dessus tout l’argent qu’il a dépensé sans l’avoir le hante : les dettes, les crédits, les pénalités de retard, les intérêts cumulés... Or cet argent a un visage, posé au-dessus d’un torse vêtu d’une éternelle chemise bleu gendarmerie : le visage de Gilles Marzotti. C’est lui qui oblige Raoul à louvoyer, tromper, mentir, même à ses proches, au risque de les perdre. Lui qui poursuit Raoul jusque dans son sommeil, ricane de ses échecs, précipite sa chute, l’empêche de vivre. Gilles Marzotti. Banquier de profession. Qui n’a jamais rêvé d’assassiner son banquier ?

www.lechienjaune.fr | Plan du site | Webdesign : katsolgraph.com | Mentions légales